Derniers sujets
» Ambassade de la Ligue Eburnéenne Décanale
Sam 20 Oct 2018 - 20:39 par Marii

» Prise de contact
Ven 31 Aoû 2018 - 12:10 par Brian Greene

» Présentation du représentant de Polis & Sophia
Dim 19 Aoû 2018 - 23:15 par Brian Greene

» Demande d'inscription
Dim 19 Aoû 2018 - 22:56 par Brian Greene

» Visite de L'Ambassadrice Principale Marii de la LED
Mer 15 Aoû 2018 - 15:23 par Marii

» Ambassade de la Ligue Eburnéenne Décanale
Dim 5 Aoû 2018 - 18:34 par Torpen

» Arrivée du Prince Impérial Kouadio Moutawa
Mer 27 Juin 2018 - 14:00 par Kouadio Moutawa

» Agitation républicaine
Jeu 7 Juin 2018 - 22:34 par Édouard IX

» La Famille impériale
Sam 12 Mai 2018 - 21:09 par Édouard IX

» Les temps sont durs pour les corsaires
Mer 9 Mai 2018 - 23:46 par Robert de Schwartzwolf

» Pour une querelle de scientifiques
Sam 5 Mai 2018 - 8:32 par Édouard IX

» Brusque rémission
Sam 24 Fév 2018 - 22:25 par Édouard IX

» Reprise d'Avaricum
Sam 17 Fév 2018 - 0:10 par Édouard IX


Un retour fortuit

Aller en bas

Un retour fortuit

Message par Édouard IX le Lun 6 Juil 2015 - 1:34

Depuis les débuts officiels de la Régence, la capitale de l’Empire était de nouveau parcourue d’activité grouillante. Sa population avait nettement augmentée sous la pression des bandes de malandrins qui avaient terrorisé les campagnes durant des années. Le pouvoir les chassa une à une au cours de longues et difficiles poursuites menées par des régiments de dragons fraichement reconstitués. Toutefois, les villes semblaient encore les lieux les plus sûrs pour bon nombre de fuyards, et beaucoup hésitaient à retourner dans les campagnes.

Cette journée de début de juillet paraissait semblable à toutes les autres de l’été. Quelques calèches traversaient les ruelles pavées de la cité, bousculant au passage des marchands à étalage, badauds, gardes vêtus du noir et blanc de la maréchaussée, colporteurs, chiffonniers, et toute une myriade d’individus faisant vivre les lieux. Rien n’indiquait qu’une dépêche miraculeuse et inattendue résonnerait d’ici une poignée de secondes dans toute la Nouvelle-Alexandrie et bien au-delà.

Et pourtant. Ce fut d’abord un son lointain, étouffé et indiscernable, provenant des contrées rurales. Il se rapprocha peu à peu, résonnant dans chaque nouveau village rencontré. Le bruit était un bourdonnement de cloches. Mais il ne s’agissait pas de tocsins, comme le pays avait l’habitude d’entendre lorsque s’approchait de trop prêt, du temps de leur présence inquiétante, les compagnies malveillantes ou les armées turcoses. Non, ce tintement-là était différent. Joyeux, rempli d’espoir, de vigueur inégalée : un carillon.

Un battement de ce type, réservé aux naissances et noces impériales, n’avait plus retenti depuis des lustres. Son déclenchement n’avait pas de sens en ces temps troublés où la nation pleurait encore la disparition des Valois. A moins que… ?
Les habitants se retournèrent, surpris, lorsque le bruit devient très distinct en dehors des murailles. Il se répandit aussitôt dans Castillon-Villeroy, reproduit par les nombreux clochers surplombant la capitale.


- " Qv’eſt-ce doncqves ? " s’écria à travers le rideau de son carrosse un courtisan.

- " Je n’en sais trop rien mon bon seignevr ! " répondit un aubergiste sortit pour enquêter.

Puis il y eu un mouvement de foule agrémenté de clameurs sur l’un des boulevards. Elles accompagnaient une estafette en nage et quelque peu crottée par des heures de voyage. Le soldat trouvait cependant encore assez de force pour crier sa nouvelle en galopant vers la Ville Haute.

- " Sa Majeſté eſt de retovr ! La famille impeſriale a été secovrve des cachots dv Piemont ! L’Emperevr est vivant ! Gloire ! Gloire ! "

Des femmes et des hommes perdirent connaissance sous les effets de l’émotion, d’autres exprimèrent leur allégresse entre les belles maisons de pierre de la cité. La nouvelle créa une effervescence comme la patrie n’en connaissait plus.
Dans les appartements du Régent, néanmoins, les mines étaient plus graves. L’on savait à travers les libérateurs, un bataillon de mousquetaires, qu’Édouard VI était gravement souffrant et que certains membres de la famille ne revenaient point vivant.

_________________
Sa Majesté Impériale Édouard IX de Valois,
Empereur d'Avaricum,
Prince Souverain de Castillon,
Défenseur de la Foi,
Chef Souverain de l'Ordre de l'Annonciation,
Commandeur Suprême de l'Ordre Princier des Suppliciés de la Concorde.
avatar
Édouard IX

Posts : 60
Join date : 25/12/2014
Location : Castillon-Villeroy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un retour fortuit

Message par Édouard IX le Dim 12 Juil 2015 - 3:12

Les jours suivant le retour du souverain furent notoirement mouvementés au sein du palais. L’Empereur n’avait pas eu d’autre choix que de s’aliter devant l’étendue de sa maladie, une phtisie incurable selon ses médecins, bien qu’il lui arrive de démontrer de rares moments de présence d’esprit. Plusieurs titrés, dont tous les Grands survivants, arrivèrent dans la capitale pour se présenter auprès de la Cour en espérant obtenir une audience ; mais en l’absence d’un Grand Maître d’Empire, le Chancelier s’assura que le monarque ne soit pas dérangé par leurs sollicitations.

Conséquence des mois de frustrations à s’épuiser pour maintenir un semblant de cohésion au milieu des différentes factions politiques avaroises, et sachant qu’il ne pouvait plus compter sur le soutien des plus grandes familles du pays, le Duc de Barotant appela une nouvelle séance du Conseil des Immortels afin de discuter l’abrogation de la Régence Impériale. La proposition fut promptement adoptée et l’Empereur retrouva la pleine et entière disposition de ses prérogatives, même si son état inquiétant lui empêchait d’en profiter réellement. Dans les faits, le Chancelier Louis-Alphonse de Bellièvre-Épinac, ecclésiastique austère et consciencieux, disposait désormais de tout pouvoir délégué par Sa Majesté.

Archibald-Tancrède, libéré de sa charge pesante, quitta la capitale pour mener l’assaut final sur Puyravault, la dernière ville détenue par les turcoses en Nouvelle-Alexandrie. Ces derniers capitulèrent en quelques jours et leurs prisonniers furent envoyés aux galères. Le Duc refusa de fêter cette victoire longuement attendue et se retira dans son domaine en Castillon, où il débuta la rédaction de ses mémoires. Si la Régence devait être à nouveau rétablie, seul le Dauphin ferait consensus à la Cour. Il se remettait d’ailleurs d’une vilaine blessure à la hanche, étranger au destin funeste de sa mère et de son frère cadet.

_________________
Sa Majesté Impériale Édouard IX de Valois,
Empereur d'Avaricum,
Prince Souverain de Castillon,
Défenseur de la Foi,
Chef Souverain de l'Ordre de l'Annonciation,
Commandeur Suprême de l'Ordre Princier des Suppliciés de la Concorde.
avatar
Édouard IX

Posts : 60
Join date : 25/12/2014
Location : Castillon-Villeroy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum